JE SUIS UN ASSASSIN !!! 
Je viens de mettre fin aux jours de Joseph Colomba, le pseudonyme derrière lequel je me réfugiais jusqu’alors, je ne sais plus pour quelle raison.
Sans doute les conseils « éclairés » de certains amis bienveillants, ou tout simplement, peut-être n’étais-je pas assez sûr de moi pour assumer les mots que je publiais.
Quoi qu’il en soit, j’ai décidé d’assumer et de signer mes ouvrages de mon vrai nom.
Exit, donc, Joseph Colomba. Bonjour GILLES RIEM.
Mon dernier ouvrage, « L’AVIS DES ANIMAUX » traite de la vie des animaux, vue par… les animaux.
Il paraîtra au mois d’Octobre prochain, sous la bannière des éditions « LA BRUYERE » et sera donc signé de mon vrai nom : GILLES RIEM.
J’espère Vous voir sur les salons auxquels je participerai et avoir le plaisir de Vous dédicacer mes livres, mais surtout, de Vous rencontrer.
Mais vous pouvez également m’écrire par internet, je me ferai une joie de Vous répondre. C’est aussi une rencontre…

Je viens donc de terminer ce nouvel ouvrage, dont nos amis les animaux sont les personnages principaux et qui a pour titre :  » L’AVIS DES ANIMAUX « .
Mais, assailli par le doute, quant à l’impact et l’utilité qu’une telle démarche pouvait avoir sur la défense de nos amies les bêtes, je me suis permis d’envoyer le premier jet  de mon livre à Madame BRIGITTE BARDOT.  afin de lui demander son avis sur le sujet traité.
La grande Dame a eu la courtoisie de me répondre, m’encourageant même à aller plus avant dans la réalisation de mon projet.
Aujourd’hui et en grande partie grâce aux mots qu’elle a su trouver pour me guider sur le bon chemin, je suis parvenu à apposer le mot « FIN » sur ce crédo à la cause animale, dont je vous livre ci-après les premiers mots.
Puisse ce livre nous faire réfléchir sur l’attitude révoltante dont se rendent coupables certains de nos  » Frères Humains « .
J’ai honte pour eux et j’ai honte pour nous…

« AVANT-PROPOS »

<< J’ai essayé dans les lignes qui suivent de me mettre à la place des Animaux, ou en tous cas, d’interpréter leur ressenti, à certains moments de leur vie.
Mais enfermés que nous sommes dans nos certitudes et notre mode de pensée, nous avons déjà du mal à nous mettre à la place de l’Autre, de l’Humain qui nous côtoie. Alors, se mettre à la place des Animaux…
Forcément que j’ai été maladroit. Enfin bon, j’ai essayé.
J’ai essayé, parce que je suis souvent révolté et attristé par le sort que nous réservons à certains d’entre eux.
J’ai essayé, à cause des émotions qu’ils m’inspirent, par leur beauté, leur intelligence, leur drôlerie, ou encore leur fidélité et souvent, leur force morale ou physique, selon qu’ils soient domestiques ou sauvages.
J’ai essayé, parce que nous menaçons leur intégrité, leur liberté et dans certains cas, la survie de leur espèce.
J’ai essayé, parce que nous leur manquons de respect.
J’ai essayé, parce que je les aime.

Certains passages de ce livre, j’ai tenté de les rendre drôles ou tendres, tandis que d’autres tentent d’interpréter le ressenti dramatique que vivent les moins chanceux de nos Frères Animaux.

Enfin, j’ai essayé…

                                                      ******************

Puisque nous parlons d’animaux, je profite de l’occasion pour parler de l’association « ABERA » ( Association pour le Bien-Être et le Respect des Animaux ) que nous sommes en train de créer avec mon complice Nicolas ISSENJOU.
Et en matière d’animaux, ce Frère utopiste en connaît un sacré bout, ayant pratiqué le sacerdoce de « soigneur Orques », pendant plus de 10 ans.
J’ai connu le bougre par ma Fille, elle-même « soigneur Dauphin » et le courant est immédiatement passé entre nous. Une sorte de coup de foudre d’amitié, quoi…
Aujourd’hui, nous luttons ensemble pour ces animaux que nous aimons et respectons.