Joseph colomba

Le blog de tech et fashion

comment avoir une belle coupe cheveux

Le style salon de coiffure en particulier nécessite ou pas frange, c’est une question de goût qui concerne essentiellement l’homme qui adopte le style. Au cours des dernières décennies, les bandes ont été la preuve, puis abandonnées, et beaucoup de femmes ont suivi la tendance. Votre styliste, cependant, peut vous donner des conseils sur les franges s’appliquent à votre coiffure. Sa décision était fondée sur l’idée: ce que vous avez besoin pour être sélectionné. La frange, il est recommandé pour les personnes ayant un grand front, comme sur tous les fronts particulièrement larges. Et dans certains cas, j’ai connu des femmes qui ont eu des cicatrices sur le front et ont porté la frange pour les couvrir. Il ya de nombreuses raisons, et comme nous l’avons déjà dit ci-dessus, c’est toujours une question de goût. Vous voulez une frange.

Rappelez-vous toujours que vous pouvez couper plus, mais vous ne pouvez rien ajouter soyez sûre que vous coupez. Vous devez toujours couper sur cheveux humides, comme couper des cheveux secs peut les faire voler partout et peut parfois peut-on recommande de nettoyer les extrémités. Même les cheveux raides peuvent suffit d’aller à vous provoquer de mauvaises surprises si vous ne faites pas attention et utilisez une tondeuse cheveux (trouvez ici) . Généralement, les bandes ne doivent pas dépasser les coins extérieurs des yeux. Les franges peuvent prendre de nombreuses formes et avant de vous lancer dans la coupe vous devez prendre cela en considération:
C’est une forme de la frange la plus courante. Déterminez avec soin les limites de croissant que voulez-vous, à gauche puis à droite. Coupez un petit site pour vous donner un point de repère, la longueur au milieu de la frange. Puis, dites à la frange vers le haut et maintenez-le entre l’index et moyennes doigts avec la main qui ne coupe pas, le ramenant au milieu du front. La partie à couper ne doit pas dépasser 2 à 3 cm de largeur dans les doigts. Après que toute la frange recueillies, les couper en ligne droite, à l’horizontale. Cela devrait vous donner une douce frange élégamment incurvé et légèrement effilée.

frange rectangle frange en forme de rectangle est principalement utilisé par ceux qui ont les cheveux fins ou rares. Suivez les mêmes étapes que celles décrites ci-dessus à la frange en forme de croissant, mais cette fois couper une frange d’épaisseur égale le long de la ligne de front. Pincez la frange, rabattez-le vers l’avant et coupez la mèche-étiquette au centre. Puis, quand vous apportez la frange supérieure, travaillez avec 3 cm de frange à la fois et coupez-la en faisant un petit angle avec un point de plus à la mèche courte, l’étiquette au centre. Frange en forme de rectangle donne un peu d’épaisseur à celles qui ont les cheveux fins.

frange triangle une forme de triangle est une autre forme classique, est généralement utilisé avec des coiffures cheveux longs. Comme sur la page précédente, ramenez vos cheveux vers l’avant et l’emplacement du triangle de 2 à 5 cm d’épaisseur. Utilisez votre mèche témoin pour couper la frange à la ligne verticale et laissez de nouveau dans sa position naturelle. Le triangle donnera de l’ampleur au centre du front et ajoute de la longueur sur les côtés, et se mêlera à la douceur de la coiffure plus longs et plus durs.

LES SALONS: Un lieu de rencontres…

JE SUIS UN ASSASSIN !!! 
Je viens de mettre fin aux jours de Joseph Colomba, le pseudonyme derrière lequel je me réfugiais jusqu’alors, je ne sais plus pour quelle raison.
Sans doute les conseils « éclairés » de certains amis bienveillants, ou tout simplement, peut-être n’étais-je pas assez sûr de moi pour assumer les mots que je publiais.
Quoi qu’il en soit, j’ai décidé d’assumer et de signer mes ouvrages de mon vrai nom.
Exit, donc, Joseph Colomba. Bonjour GILLES RIEM.
Mon dernier ouvrage, « L’AVIS DES ANIMAUX » traite de la vie des animaux, vue par… les animaux.
Il paraîtra au mois d’Octobre prochain, sous la bannière des éditions « LA BRUYERE » et sera donc signé de mon vrai nom : GILLES RIEM.
J’espère Vous voir sur les salons auxquels je participerai et avoir le plaisir de Vous dédicacer mes livres, mais surtout, de Vous rencontrer.
Mais vous pouvez également m’écrire par internet, je me ferai une joie de Vous répondre. C’est aussi une rencontre…

Je viens donc de terminer ce nouvel ouvrage, dont nos amis les animaux sont les personnages principaux et qui a pour titre :  » L’AVIS DES ANIMAUX « .
Mais, assailli par le doute, quant à l’impact et l’utilité qu’une telle démarche pouvait avoir sur la défense de nos amies les bêtes, je me suis permis d’envoyer le premier jet  de mon livre à Madame BRIGITTE BARDOT.  afin de lui demander son avis sur le sujet traité.
La grande Dame a eu la courtoisie de me répondre, m’encourageant même à aller plus avant dans la réalisation de mon projet.
Aujourd’hui et en grande partie grâce aux mots qu’elle a su trouver pour me guider sur le bon chemin, je suis parvenu à apposer le mot « FIN » sur ce crédo à la cause animale, dont je vous livre ci-après les premiers mots.
Puisse ce livre nous faire réfléchir sur l’attitude révoltante dont se rendent coupables certains de nos  » Frères Humains « .
J’ai honte pour eux et j’ai honte pour nous…

« AVANT-PROPOS »

<< J’ai essayé dans les lignes qui suivent de me mettre à la place des Animaux, ou en tous cas, d’interpréter leur ressenti, à certains moments de leur vie.
Mais enfermés que nous sommes dans nos certitudes et notre mode de pensée, nous avons déjà du mal à nous mettre à la place de l’Autre, de l’Humain qui nous côtoie. Alors, se mettre à la place des Animaux…
Forcément que j’ai été maladroit. Enfin bon, j’ai essayé.
J’ai essayé, parce que je suis souvent révolté et attristé par le sort que nous réservons à certains d’entre eux.
J’ai essayé, à cause des émotions qu’ils m’inspirent, par leur beauté, leur intelligence, leur drôlerie, ou encore leur fidélité et souvent, leur force morale ou physique, selon qu’ils soient domestiques ou sauvages.
J’ai essayé, parce que nous menaçons leur intégrité, leur liberté et dans certains cas, la survie de leur espèce.
J’ai essayé, parce que nous leur manquons de respect.
J’ai essayé, parce que je les aime.

Certains passages de ce livre, j’ai tenté de les rendre drôles ou tendres, tandis que d’autres tentent d’interpréter le ressenti dramatique que vivent les moins chanceux de nos Frères Animaux.

Enfin, j’ai essayé…

                                                      ******************

Puisque nous parlons d’animaux, je profite de l’occasion pour parler de l’association « ABERA » ( Association pour le Bien-Être et le Respect des Animaux ) que nous sommes en train de créer avec mon complice Nicolas ISSENJOU.
Et en matière d’animaux, ce Frère utopiste en connaît un sacré bout, ayant pratiqué le sacerdoce de « soigneur Orques », pendant plus de 10 ans.
J’ai connu le bougre par ma Fille, elle-même « soigneur Dauphin » et le courant est immédiatement passé entre nous. Une sorte de coup de foudre d’amitié, quoi…
Aujourd’hui, nous luttons ensemble pour ces animaux que nous aimons et respectons.

Joseph colomba – L’EPEE et la LUMIERE

Un écrivain se doit de vivre avec son temps et d’utiliser les outils d’aujourd’hui afin de partager sa passion pour l’écriture vis à vis des professionnels (libraires, distributeurs et médias), bien sûr, mais surtout auprès de ses lecteurs.
La vie m’a en effet appris que l’on n’ est rien sans les autres, ni sans donner aux autres. A travers l’écriture, je m’appuie sur ma sensibilité et mon expérience pour échanger et pourquoi pas… transmettre, afin d’apporter ma pierre à notre édifice commun.

L’ergonomie de mon site, je l’ai souhaité sobre, élégant, léger et riche dans son contenu.

L’EPEE et la LUMIERE, mon premier roman, est une bouleversante histoire d’hommes et un récit spirituel. Il nous entraîne dans le monde du rêve où foisonnent intrigues et mystères, mais aussi dans une réalité qui pourrait être celle d’aujourd’hui.
Mon second ouvrage « Lettre à ma fille » est maintenant disponible. Il s’agit d’une biographie qui nous invite à réfléchir sur le temps qui passe.

Si vous souhaitez plus d’information, utilisez le formulaire de contact. Je me ferai une joie de vous répondre.
De même, je vous invite également à vous connecter sur mon blog à l’adresse suivante : www.josephcolomba.com

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén